Mélusine se promène...

09 décembre 2017

 Enez ar..

IMG_9839

Ça faisait déjà quelques mois que je racontais ma Belle-Île à Néo! Parfois avec un petit "pansement" au coeur, j'aurais tellement aimé y emmener mon vieux Bazil juste une toute petite fois... Cela dit, j'avais du mal à contenir ma joie depuis que le Vindillis avait quitté le continent... 

IMG_8118

Premier rituel, l'achat des livres qui me permettent de compléter sans cesse mes connaissances ainsi que le rayon de ma bibliothèque consacré à Belle-Île. Comment expliquer que je suis incapable de me les procurer ailleurs que là-bas, allant même jusqu'à les commander sous le nom finistérien de mon arrière-grand-mère maternelle.

Cette fois, principalement des ouvrages concernant l'histoire des Acadiens (un tiers des bellilois sont d'origine acadienne) dont l'"Évangéline" de Longfellow mais surtout celui-ci pour remplacer l'ancien (emporté tragiquement par la marée cet été), ainsi que d'autres irrésistibles...pour l'hiver. 

IMG_8503  IMG_8445

Il ne restait plus que trois cailloux posés sur la très ancienne croix de chemin (de Port-Salio) qui orne la tombe de Marie-Évangéline-Prudence Jouan. Enfin surtout un, puis deux, ce qui en faisait quatre au final... Mon précieux d'écosse est perdu à jamais et je ne suis pas sûre de revoir celui cueilli spécialement pour elle en Irlande. Je ne sais pas pour les autres, mais ces "offrandes" sont pour moi une façon de la remercier de m'enseigner l'île à travers l'espace et le temps. 

Son corps repose auprès de son mari le commandant Couraud, mort trente ans après elle. Son âme plane à quelques battements d'ailes de là, entre grève et ciel. 

IMG_8512   IMG_8518

Nous avions loué une jolie maisonnette à Lokmaria-ar-Gerveur, le point culminant de l'île (symbolisé par la croix du Run aux alentours de Borvran) entre la pointe d'Arzic et celle de Kerzo. Coté salon et chambres, c'était l'océan à perte de vue. Home breizh home...

IMG_8796

De l'autre coté, vue sur les toits en ardoise et le clocher de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption ou "Notre-Dame-de-Bois-Tors" selon la légende probablement déjà racontée quelque part sur ces pages...  

IMG_0438

C'est la plus ancienne de l'île, c'est aussi et surtout la seule dans laquelle je me rends régulièrement pour cramer des cierges à deux balles pour ma grand-mère, paternelle cette fois. 

IMG_9701

Il faut dire qu'elle est magnifique, de part son architecture, son histoire, ses ex-votos, son silence tout ça... Quand je m'y retrouve la seule âme qui vive, il m'arrive de ne pas retenir quelques petits délires à la con du genre me faire foudroyer par la grâce de Dieu, là comme ça d'un coup... Ou bien de m'avouer mes pires conneries dans le confessionnal... Me recueillir sur "Danse sur le feu Maria" (Noir Désir) à m'en faire vibrer les tympans, le coeur et les tripes... Etc... Bref, pas de quoi hurler au blasphème (qui ne concerne jamais Dieu mais l'offense subie par celui qui croit en lui...et patati et aussi patata), je ne dérange absolument rien ni personne avec mes conneries. C'est bien connu, l'âge est un chiffre et la maturité un choix.

IMG_E8710

Je m'endormais tard, la fenêtre ouverte, bercée d'océan si près. Je m'éveillais en douceur sur les plages où j'aime voir le soleil se lever, puis je revenais déguster une Ricoré au lait tiède, en bas sur les plages de Port-Maria ou Port-Blanc. Après une douche, je disparaissais de nouveau, la belle vie purée! Je n'imposais mon rythme à personne, les enfants profitaient de leurs nouveaux copains bellilois, leur musicien de père répétait sur sa batterie électronique...et je revenais toujours pile à l'heure pour nos départs en joyeuses randonnées! 

IMG_E8632   IMG_8491

Mon chien a maintenant 11 mois, il déborde d'énergie. En dehors des qualités inhérentes à sa race, son caractère est différent de celui de Baz et c'est très bien comme ça. A chaque époque son chien... On attendait l'arrivée de l'automne presque avec impatience pour enfin nous balader librement sur nos îles et nos plages, mais aussi les bois, les marais et les rives du fleuve qui font nos décors. Marcher toujours...courir quand ça suffit pas.

IMG_8504

J'étais quand même un peu parano pour sa truffe à cause des méduses pélagies et des physalies (cousines des méduses) qui venaient s'échouer avec les marées. Les premières sont très urticantes et je sais de quoi je parle. Les secondes reviennent de plus en plus nombreuses sur la façade atlantique depuis quelques années. La plupart des ces beautés translucides avaient perdu leurs filaments mais j'étais suffisamment informée pour savoir qu'il valait mieux admirer leurs couleurs allant du bleu au rose violet...de loin. Les enfants aussi.  

IMG_E8678  IMG_8499

J'ai fait peu de photos, j'ai surtout mitraillé mes mômes afin de remplir leurs albums d'enfance heureuse sur "l'île de maman". J'avais emprunté des jumelles pour observer les oiseaux de loin si près et je me demande comment j'ai pu m'en passer jusque là!?! Du coup, j'ai commandé de vraies jumelles "d'ornithologue" au Père Noël! Une nouvelle lubie? Pas du tout, les enfants du ciel sont les compagnons de ma solitude. Je supporterai mieux le-calvaire-annuel-du-traditionnel-repas-du-25-décembre-avec-ma-belle-famille-au-fin-fond-de-la-campagne-stéphanoise avec des mes jumelles...et mon chien. J'ai épuisé toutes les excuses à deux balles "plausibles" pour m'épargner cette corvée familiale, alors autant que je commence à organiser ma survie.

IMG_8781

Forcément, là bas l'automne resplendissait plus qu'ailleurs... J'aime le panorama sur l'enchevêtrement de promontoires et de criques de cette partie de la côte sauvage, entre  la vertigineuse pointe du Skeul et celle de PouldonLieu de nombreux naufrages (hanté par des âmes légendaires) mais qui regorge aussi d'endroits insolites et secrets pour ceux qui se donnent la peine de les chercher...durant des pages et des heures. 

IMG_0354

C'est une balade assez "sportive", les falaises sont entaillées de vallons encaissés particulièrement abrupts pour certains. Malgré la beauté du paysage, il vaut mieux regarder où on pose les pieds... 

Toute petite au loin à gauche, l'une de mes (peut-être) futures maisons, puis les murets de pierre qui connaissent mes talents d'équilibriste, la grotte où le Porthos de Dumas est mort ainsi que le rocher du Pilor, si petit vu d'en haut.

IMG_8872

C'est par la nuit brumeuse du 3 décembre 1746 que le "Prince de Conti" s'est échoué (au retour de son voyage inaugural) au pied de la falaise de Port Lost-Kah. Toutes les sources sur ce naufrage pointent une faute de navigation du capitaine "machin truc" Bréart de Boisanger D'importants moyens furent mis en oeuvres afin de récupérer la cargaison du navire qui transportait du thé, du bois, des soieries mais surtout des porcelaines de chine et des lingots d'or! D'ailleurs, il parait que ces derniers n'ont pas tous été retrouvés, ce qui explique l'intérêt des plongeurs pilleurs à s'acharner sur l'épave qui repose sous une dizaine de mètres de fond.

Aujourd'hui, il reste les vestiges d'une cloche à plongeur (l'ancêtre du scaphandre) ainsi que l'escalier taillé dans la roche qui facilitait l'accés au navire. Bien sûr que je ne m'y suis pas risquée... Tout comme je ne suis pas retourner me nicher dans la grotte de l'Apothicairerie. Non non non... 

IMG_8919

J'étais déjà passée près de lui sans soupçonner son existence, cheminant chaque fois dans le même sens... C'est vrai qu'on ne sait pas grand chose sur '"L'homme de Port-Coter", cette si mystérieuse silhouette figée dans la roche... Les quelques bellilois interrogés n'avaient pour la plupart jamais entendu parler de lui, les autres n'en savaient pas plus que moi. 

 IMG_8955

On ne sait rien non plus sur l'auteur de cette oeuvre apparue dans les années 80, ni le pourquoi du comment il a creusé cette empreinte humaine (d'environ 1m50) dans ce bloc de schiste recouvert de lichens... Il parait que l'homme de Port-Coter aurait un jumeau quelque part dans les Alpes. Ça me plaît d'y croire pour finalement m'inventer ma propre histoire... Après tout, pourquoi l'homme de Port-Coter ne serait-il pas une femme? 

Je n'ai pas fini de revenir me glisser au creux de cette ombre anonyme... ;)

IMG_8945

Le trou de Vazen, près de la pointe du Grand Guet et des Îles Baguenères. Maintenant, il est sécurisé par un garde-fou car l'érosion entraîne régulièrement des éboulements. Dans une poignée d'années il formera une anse de plus dans le paysage. Ici (comme partout sur la côte sauvage), les tempêtes sont magnifiques surtout les jours de forts coefficients, quand les déferlantes s'écrasent au sommet des falaises et jaillissent en geyser du cratère de l'enfer... 

IMG_0236  

Un très bon spot pour ceux qui ne sont pas nés de la dernière marée. Lors de la dépression Gerd en janvier 2016, il n'était pas question de ramper trop près du trop tard... L'océan pardonne rarement aux inconscients, le 28 octobre 2013, une femme a perdu la vie ici durant la tempête Christian. Reste un cairn érigé en sa mémoire, quelques fleurs à chaque anniverciel... R.I.P Perrine.

IMG_8799

C'est la maison de mes rêves, loin devant la villa Jade... L'ancien fortin de Sarah Bernhardt idéalement situé sur la Pointe des Poulains. Elle y a vécu durant les trente derniers étés de sa vie et je m'y verrai bien vivre le reste de mes hors-saisons. Parfois, je traîne après le dernier rappel annonçant la fermeture du musée en espérant m'y faire oublier...mais non. 

IMG_8336

De cette petite plage tout près du phare, on aperçoit l'atelier que la "Dame de Penhouët" avait fait bâtir pour son fidèle grand ami, le peintre Clairin (mort à Belle-Île). Plus j'en apprends sur ce curieux binôme et plus il me renvoie étrangement à celui je forme avec l'Ami. Nous sommes au moins aussi illuminés qu'ils l'étaient...voire pire. Heureux sont les fêlés... 

 IMG_8299

Bien sur, je suis venue déambuler sur le Finis Terrae de l'île au minimum une fois par jour, par nuit aussi...  

IMG_8365

Durant des années, j'ai contemplé l'"Avis de coup de vent sur Les Poulains" de Plisson sur le mur face à mon lit. J'ai déménagé des tas de fois, aujourd'hui encore ce tableau n'a jamais changé de place. Je considère les phares qui bordent mes côtes comme des personnages à part entière, j'ai grandi près de leurs présences bienveillantes, de jour comme de nuit. J'aime croire que mon coeur avait élu ce phare bien avant que je ne sache ce qu'il représenterait un jour dans ma vie. 

Du coup, je sais (presque) tout de lui et lui de moi.  

IMG_0088

Il parait que les phares gardent un morceau de soleil couchant pour le rendre à la nuit. C'est ce qu'on raconte aux enfants qui grandissent le cul dans l'océan...

IMG_8379

Contempler la fin d'un jour, confortablement installée sur les dures arrêtes de schiste d'un rocher sculpté par le ressac... Inspirer profondément ce lieu sacré au parfum d'absolu... Confronter sereinement l'insignifiance de mon existence à l'infini sous les couleurs indéfinissables du ciel... Penser que ma présence a autant d'importance qu'un grain de sable... 

 IMG_8438

A chacune de mes escales, mon paradis bien aimé si bien nommé m'apparaît comme un perpétuel terrain de découverte à la fois complexe, mystérieux, émouvant... Je ne me lasse pas de l'explorer (en long, en large, en travers et surtout sur les bords), suivant les lignes de quelques pages, les paroles de quelques conversations, les photos de quelques anonymes, les âmes de quelques légendes... Un jour, j'en saurai tellement sur cette île que j'y crèverai comme si j'y étais née. 

On impose pas une vie d'insulaire à ceux qui ne l'ont pas choisi. Quand mes enfants s'en iront vivre leur vie, j'irai vivre plus près de la mienne. Plus le temps passe et moins je doute que ma fin s'écrira là-bas, sur l'Île de la Consolation. Enfin, si d'ici là, je ne meurs pas dans un accident de la route, ou victime d'un attentat, ou foudroyée par une maladie incurable, ou assassinée par un psychopathe etc...

En attendant, je reste là. Ça va, c'est pas l'enfer non plus... 

FTLW1885

...mais je ne tiens plus trois jours sans me tirer à la plage. ;) 

 

Posté par lylouan à 02:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]


27 octobre 2017

J'étais revenue d'Irlande avec la furieuse envie de vivre fort et devant, un peu comme une cigale déguisée en papillon aux pays des fourmis. Et c'est ce que j'ai fait, en prenant de l'avance sur l'été et du retard sur la rentrée... 

Aujourd'hui ma vie a repris son cours "ordinaire" et ma liberté ses cases bleues sur l'emploi du temps du quotidien...  Chaque jour, j'accomplis ce que le monde attend de moi en consacrant les trois quarts de mon temps à ma vie familiale, professionnelle et sociale, le reste m'appartient. 

IMG_5537

Alors je contemple toujours l'océan, je me ressource au plus près de la Nature avec mon beau Néo chien. J'ai la tronche dans mes bouquins, ma musique, mes films, mon ukulélé, tout ça... J'approfondis en solitaire les nouveaux horizons qui se sont ouverts à moi dernièrement. En fait, je me complais dans mes "intérêts restreints", c'est exactement ça. ;)

Voilà, je me laisse survivre...doucement...mais sûrement. Je chemine en paix depuis que mes petits pas sont allés planter un drapeau blanc quelque part sur la Giant's Causeway. Et ça se passe, plus rien ne bouge... 

IMG_5525

Ma dernière escale sur l'île de la Consolation remonte à la mort de Bazil. Demain, j'y serai avec Néo pour une semaine en famille. Une maison avec un jardin ouvert sur l'océan et la vie rêvée partout autour. Nous, eux.........mon chien et moi. 

Qui voit Molène voit sa peine... Qui voit Ouessant voit son sang... Qui voit Sein voit sa fin... Qui voit Groix voit sa croix... Qui voit Belle Île cingle sans péril.

 

Posté par lylouan à 23:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 juillet 2017

L'Irlande... Au début, c'était loin d'être gagné, voire même plutôt bien mal barré...

Pour commencer, j'ai pleuré toutes les larmes contenues au dessus de Ré en survolant Belle-Île sans parachute. Puis j'ai vomi tout ce que je n'avais pas mangé dans les toilettes de l'aéroport pour ensuite rester prostrée à me tordre le bide toute l'après-midi dans ma chambre d'hôtel: "Allo maman, j'ai le Lapin Dicite en crise!!!"  

IMG_5313

Finalement, au lieu de rapatrier en urgence l'intégralité de ma connerie en France, je m'en suis remise à mes petits pas...qui m'ont naturellement conduite au comptoir du Temple Bar. Ben voyons... ;) 

Personne ne reste seul dans ce pub mythique de la ville, quelques instants plus tard, je trinquais, chantais et dansais avec tout le monde...comme tout le monde. C'est parmi tous ces humains bien vivants que j'ai rencontré Daman, un drôle d'oiseau qui s'est comporté comme un frère envers moi en me prenant sous son aile dublinoise.  

IMG_5308

Dublin est une ville qui ne dort jamais, il faut dire que je n'y ai pas beaucoup dormi moi non plus. Tout est à voir, à savoir surtout avec un guide qui porte l'histoire de son pays dans son coeur et qui chante solennellement une chanson traditionnelle devant chaque monument. 

J'ai pris quelques photos polluées par une foule incessante qui n'a pas sa place sur mon espace...

Une vue du Samuel Beckett Bridge en forme de harpe celtique, dessous the River Liffey qui se jette dans la mer d'Irlande, au second plan le port de Dublin.

IMG_6350

Il y aurait tant à montrer de Dublin, mais c'est le mémorial en hommage aux victimes de la grande famine qui m'a le plus émue, et ce n'est pas peu dire...

Cette oeuvre représente l'un des moments les plus tragique de l'histoire de l'Irlandaise (Potato Famine). Entre 1845 et 1849 plus d'un million de personnes sont mortes de faim, deux autres millions furent contraintes à l'exil pour survivre. 

IMG_6356

J'ai ressenti une immense souffrance en croisant ces sculptures de bronze réalisées par Rowan Gillepsie. Le temps semblait comme suspendu entre elles et moi...

J'ai longuement déambulé autour de ces silhouette décharnées aux détails atrocement réalistes... Je ne sais plus vraiment si j'ai serré chacun de ces corps amaigris dans mes bras ou si je me suis juste imaginée le faire. En tout cas, j'ai capté la souffrance figée sur leurs visages déchirés par la faim, le désespoir de leurs regards terrifiés, l'expression de leurs mains...

J'ai toujours eu un faible pour les "Souffrants", l'un d'entre eux inspirera mon prochain durant le stage chez les Pierreux cet été. 

IMG_6443

A l'aube d'un nouveau jour, j'ai quitté Dublin pour rejoindre l'ouest du pays. Seule, déterminée, confiante et souriante! 

IMG_5350

Mon "plan d'action à deux balles" comportait deux objectifs prioritaires à atteindre, l'un d'entre eux était d'aller me percher au sommet des Cliffs of Moher à Lisacanor au sud ouest du Burren, dans le compté de Clare.

Les plus belles falaises d'Irlande, longues de huit kilomètres et s'élevant parfois à plus de deux cents mètres au dessus de l'atlantique avec vues sur les îles d'Aran et la baie de Galway (ainsi que les très lointaines montagnes du Connemara par temps clair).  

IMG_5624

Le spectacle était intense, j'étais au paradis des oiseaux! Les merveilleux fous de Bassan (bien moins nombreux qu'en Écosse), les petits mignons macareux moines, les razorbills ainsi que tous les frères de mon atlantique... 

Confortablement installée dans mon nid de verdure, je ne me lassais pas de planer au dessus des géantes rocheuses. Il me suffisait de quelques battements d'ailes pour m'élever dans le ciel et contempler une vue plus vaste sur le reste de ma vie. 

IMG_5609

Plus tard, cette terrasse sur l'océan avec "Eusa" à fond dans les oreilles pour occulter totalement les quelques humains courageux présents à moins de vingt mètres de moi. 

Au loin, on aperçoit O'Brien Tower, évitée car prise d'assaut par trop de touristes... Une touriste moi aussi?! Pas du tout, j'étais une aventurière! ;)

IMG_5736

Je n'allais pas me refuser le plaisir suprême de jeter ma tête dans le vide en prenant bien garde de laisser le reste de ma carcasse en sécurité sur la terrasse. C'était vertigineusement bon, si bon...

IMG_5333

Plus loin, ce balcon juste pour moi... J'étais à seulement un petit pas d'une mort certaine seulement j'avais pas du tout envie de mourir même pour de faux. 

J'ignore combien de temps je suis restée ici, à regarder le bouillonnement d'écume des vagues qui s'échouaient contre la paroi abrupte de la falaise, à me complaire dans l'instant présent... 

"Frôler la mort n'est rien. Passer à côté de la vie est beaucoup plus grave". (J.J Thibaud)

IMG_5608

Le désert du Burren est une vaste étendue de clints (blocs de calcaire) et de grykes (fissures). Un paysage lunaire à perte de vue et merveilleusement bien décrit par Oliver Cromwell (un dictateur anglais responsable de la mort de milliers d'irlandais et d'écossais): "C'est une région où il n'y a pas assez d'eau pour noyer un homme, pas assez de bois pour le pendre, pas assez de terre pour l'enterrer".

Je comptais me perdre loin mais...

IMG_5787

 ...un petit pas de travers le nez en l'air et patatra, du sang et quelques larmes sur le coup. Calmée par cette méchante gamelle, il n'était plus question que je m'éloigne de l'océan pour atteindre l'un des points culminants du plateau. ;)

IMG_5367

Une terre hostile, mais fertile, un peu comme aux Poulains de ma si Belle-Île. Partout, la nature s'épanouit entre les roches, je n'ai pas croisé de gentiane (fleur emblématique du Burren) mais de la bruyère, du lotier corniculé, une espèce de géranium et d'autres belles toujours inconnues à ce jour...

IMG_5361

J'étais fatiguée ce jour là. Si je n'ai besoin de personne pour nourrir mon esprit, j'ai besoin de quelqu'un pour "cadrer" mon alimentation... Je n'ai même pas été foutue d'avaler le minimum promis à mon mec, qui n'était pas surpris de me retrouver avec "quelques" kilos en moins. C'est pas que je suis incorrigible, c'est que je suis incurable...et surtout que je m'en fous. ;)  

Selon la légende, ce désert de rocaille proviendrait de l'engueulade d'un couple de géants défoncés vivant sur la lune. Bref, c'est rare quand une légende ne me fait pas rêver... 

IMG_5612

A ce stade de mon voyage, je me sentais aussi légère qu'une plume rouge portée par le vent. Je savourais ma solitude le jour autant que je me joignais aux joyeux de la nuit... Après Dublin, Doonies, Galway et ses alentours, j'étais motivée pour rejoindre Belfast afin d'atteindre mon second objectif. 

J'ai vécu intensément sans jamais rien me refuser, plus libre que jamais avec toujours l'étrange sensation d'oeuvrer pour mon avenir. Symboliquement, j'avais franchi ma ligne d'arrivée, debout et persuadée que j'y serai parvenue même en rampant. J'ai fait le tri de la cave de mon coeur au grenier de mon cerveau, tiré un trait sur ce qui était achevé. J'avais besoin de retrouver la foi en moi, d'évacuer mes pensées négatives afin d'envisager un nouveau départ, avec mon meilleur qui n'ira jamais nulle part sans mon pire accompagné de mes forces pour soutenir mes faiblesses...que ça plaise ou rien à foutre.

Cette "expédition" était une étape charnière dans mon long processus de résilience, je suis peut-être partie en chialant mais je suis revenue triomphante. 

Depuis mon retour, j'existe vite et fort dans cette vie qui ne se lasse toujours pas de me sourire quand je ne lui fait pas la gueule... Canicule ou mousson, c'est l'été, c'est l'envie qui reprend vie. 

Oui...

Posté par lylouan à 23:32 - Commentaires [6] - Permalien [#]

01 juin 2017

Trois regards posés sur un même pissenlit.

Trois photos pour une histoire sans paroles...

IMG_4953

 

IMG_4950

 

IMG_4949

C'est parti pour l'Irlande.

Posté par lylouan à 01:36 - Commentaires [6] - Permalien [#]

19 mai 2017

Meschers-sur-Gironde, côte de Beauté.

Plage des Nonnes, calée entre deux falaises de calcaire.

IMG_4839

Une plage juste pour Néo et moi...

IMG_4815

Cette plage ne s'ouvre pas sur le grand large. Sur la rive opposée de l'estuaire, l'horizon est bouché par les énormes grues maritimes du Verdon qui ressemblent à des girafes métalliques décapitées. Cordouan est à peine visible caché derrière la pointe de Grave...

IMG_4697

Un squat à l'ombre des pins et des chênes verts sur la falaise en pente douce et la liberté partout autour...

IMG_4718

La liberté de l'esprit pour moi, celle de l'aventure pour mon chien... 

Me vautrer pour lire seulement quelques lignes à la fois, le rappeler à moi pour le câliner en le serrant fort comme je l'aime, respirer son odeur de petit chien des sables, sentir son coeur qui bat vite et fort... 

IMG_4818

Mon beau Néo de l'Île Radieuse, bientôt quatre mois et demi, presque dix huit kilos. L'adorable petite trace blanche qu'il portait sur le haut du crâne s'est effacée sous mes nombreuses caresses, celle de Bazil reste intacte dans mes souvenirs...

IMG_4737

Néo est différent avec son caractère dominant et il ne loupe pas une occasion de me rappeler qu'il se doit d'assumer son pedigree, un patrimoine génétique hérité de ses ascendants sur plusieurs générations... Si Bazil était protecteur envers moi, lui sera en plus possessif. 

Il garde déjà sa maison, le vieux chat de la voisine ne risque plus une patte sur ses 1000m2 de territoire, qu'il défend d'un aboiement qui n'a encore rien d'impressionnant mais qui finira par dissuader tous les "malvenus" (cambrioleurs, témoins de Jéhovah, la boulangère, mbelle-famille). 

Je commence à l'emmener lorsque je ne ressens pas le besoin de m'essouffler. A l'automne, il escortera la plupart de mes évasions et je suis sûre qu'il découragera à distance les tordus qui demandent l'heure à celle du coucher du soleil, qu'il se battra comme une hyène pour me défendre des sangliers carnivores qui rodent au crépuscule dans les forêts qui bordent les plages... Tout ça.

IMG_4759

Privé d'horizon mais non d'espace, mon regard se recueillait sur les reflets argentés qui dansaient sur cette eau salée qui n'est pas vraiment l'océan, enfin si mais...  

IMG_4702

Je tourne en rond en ce moment. 

Je me sens proche de ceux qui se contiennent tout ce qu'ils peuvent pour ne pas mourir de rire durant les enterrements. Parfois, les choses que j'entreprends dans ma vie me semblent tellement absurdes...

IMG_4713

Je ne vais pas annuler mon voyage en Irlande au profit d'une escale à belle-Île avec Néo. Il faut absolument que cette idée à la con me sorte de la caboche.  

IMG_4656

C'est pas que je ne suis pas capable de traverser un pays toute seule (mdr), avec mon sac à dos et le guide du routard (ptdr), c'est juste que je ne le sais pas encore. 

Il y a des nuits comme celle-ci où je me surprends à espérer qu'un jour, je n'aurai plus besoin de faire tout ça.

Et il y en a d'autres où j'envisage un futur voyage en Islande...puis pourquoi pas au Groenland ensuite? ;)

"C'est ça, rigole..."

Posté par lylouan à 23:52 - Commentaires [8] - Permalien [#]


07 mai 2017

Île de Ré...  

Marée descendante sur la plage Notre-Dame, aux alentours de Sainte-Marie-De-Ré. Au loin, le phare de Chauveau...

IMG_4240

A l'intérieur, il y a le "confort" nécessaire pour y vivre, il parait même que le mobilier est d'époque... 

IMG_4239

Plus au nord, la Pointe du Chanchardon, entre Le Martray et Ars-En-Ré...

IMG_4318

Sur l'estran, les ostréiculteurs nettoyaient et retournaient les poches d'huitres sur les tables d'élevage. Au fond les rives de La Couarde, la plage des Prises.

IMG_4255

Elle est toujours là, seule, immobile, silencieuse... 

Ça fait trois ans que cette balise tribord du continent sud-américain a traversé l'atlantique pour s'échouer quelque part entre Ars et Saint Clément. Une fois identifiée par le Service des Phares et Balises, l'Ambassade des États-Unis a été informée, seulement son port d'attache ne s'est toujours pas manifesté pour la récupérer.

J'espère qu'elle n'aura pas dérivé plus de six milles kilomètres pour finir en déco sur un rond point...

IMG_4273

On dirait pas comme ça mais elle est énorme... Elle pèse environ six tonnes.

Chaque fois, je l'escalade pour rejoindre son sommet dépourvu de sa lanterne. Et je contemple l'océan avec elle...

IMG_4297

Plus tard, la plage de Trousse-Chemise, après Les Portes, face au Fier d'Ars. 

IMG_4349

Les bois de Trousse-Chemise vus du banc de sable...

IMG_4341

Et une averse de plus dans ma journée... Toujours des petits grains accompagnés de quelques douces rafales. J'aime le vent, surtout lorsqu'il s'engouffre dans ma tête à fortes bourrasques, quand il traverse mon âme en tourbillonnant et tellement plus encore...  

IMG_4344

Quelque part entre la pointe de La Conche et celle du Lizay, la marée remontait doucement...

IMG_4369

Très loin de moi, les Baleines pris d'assaut par ces bus de touristes pressés qui ont pile une une heure pour faire le tour du site, montée du phare comprise... Je préfère les fuir et je le fais bien.

IMG_4375

Je respire mieux à distance, dans les tableaux où les silhouettes lointaines comme la mienne se font rares dans le paysage.

Parfois lorsqu'on regarde vers l'horizon, plus rien ne rappelle la présence humaine... 

IMG_4378

Sur cette plage, je trouve à coup sûr un petit arbre échoué des foret sous-marines. C'est une gorgone verruqueuse, je les collectionne dans mes boites à trésors. 

IMG_4393

S'il y avait peu de monde sur les plages, c'est parce qu'ils étaient tous entassés dans les principaux villages.

St Martin, capitale historique de l'île un jour férié... Impossible de me résoudre à rentrer me réchauffer dans un café envahit par la marée humaine...

Concentrée sur mon petit jeu à la con, j'étais devenue invisible sur les remparts, cheminant les yeux rivés sur mes chaussures, accompagnée de la poésie chantée des "Têtes Raides" qui résonne si fort dans l'oreille de mon coeur...

IMG_4436

Rivedoux port, le ciel pleurait à verse.  

IMG_4448

Rivedoux ouest... Chauveau à marée haute cette fois.

IMG_4529

Les méduses n'ont jamais été mes grandes copines, surtout depuis que l'une d'entre elles est venue me faire un gros bisou dans le cou. Il faut savoir que même échouées, elles restent urticantes... 

IMG_4453

Sablanceaux, un arc en ciel au dessus de ce qu'est devenu le port de La Pallice... 

IMG_4533

Les vagues se fracassaient contre l'ancien embarcadère dans un chaos d'écume...

Je voudrais vivre comme cela, au rythme des marées. Chaque jour, regarder l'océan se retirer et revenir...

IMG_4545

C'était la dernière éclaircie, ensuite la pluie n'a plus cessé... J'ai promis de prendre soin du nouvel objectif qui remplace celui que j'ai flingué lors de la tempête qui a emporté Bazil, alors je l'ai rangé à l'abri de l'humidité, du vent, du sable, de ma connerie aussi...

J'étais pas décidée à rentrer... Persuadée de me sentir plus proche du lendemain une fois le pont franchit... De cette semaine insurmontable qui allait me voler tout mon temps avec cette longue formation prise d'otage trop loin de chez moi. Mais voilà, faut bien que je crédite mon compte-temps.

Alors j'ai continué de marcher à l'opposé du continent... Au bord du monde, là où les vagues emportent avec elles les petits pas perdus qui n'allaient plus nulle part. 

Il était absolument hors de question que je quitte l'île avant que la ligne d'étoiles ne s'allume sur le pont. C'était l'Alaska sous mes fringues trempées mais pour rien au monde, je n'aurais voulu être ailleurs que là-bas, sur cette minuscule pointe de fin de terre près du Fort de l'après La Prée. 

Gorlebella... 

 

Posté par lylouan à 01:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 avril 2017

L'important, ce n'est pas la destination, c'est le voyage. R.L Stevenson

Fouras-Les-Bains...

Il y avait le ciel, le soleil et la mer l'océan mais surtout la "Sweet Life" avec l'Ami...

IMG_4452

Elles étaient si douces, ces siestes aux rêves éveillés à l'ombre des robiniers de la plage du port sud... 

IMG_4441

Et ces longues balades avec un vélo pour deux sur les chemins de terre le long du littoral, fascinés devant la beauté d'une nature aussi bien terrestre que marine.

"Quand vous faites un pas vers la nature, elle en fait dix vers vous". Je ne sais plus où j'ai retenu cette phrase, qui sonne tellement vrai . Au delà des spectacles qu'elle offre, j'ai souvent l'impression que Dame Nature serre fort mon âme dans ses bras. Et c'est si bon...

IMG_4496

Ces jours en liberté garderont le doux parfum des glycines mêlé à celui de l'océan...et aussi du vieux pineau des Charentes de son père. 

On a pas vu l'ombre d'une Joséphine ni de son inséparable Mr Snoo, pas de tapis volant non plus... Ça ne veut pas dire qu'on a été sages, juste qu'on a pas besoin de se démolir la tête pour tituber l'un contre l'autre sous les lampadaires, pour valser en bord de falaise, pour se jouer encore et toujours nos plus belles retrouvailles sur la jetée et s'enflammer sur nos ukulélés.  

On ne se contentera jamais de la réalité lui et moi... 

IMG_4338

Plus tard, quelques jours d'été sans touristes sur Oléron, en famille avec les vieux copains...

IMG_3943

On vivait là avant, avec nos planches de surf et nos bières... Nostalgie...

Bon maintenant on a trois enfants et deux chiens, donc un peu moins de temps mais surtout beaucoup moins de bières! 

Alors on construit des cabanes, c'est bien aussi... ;)

IMG_3985

Ils ont beau être nés sur les rives d'un fleuve, mes enfants ont le sang salé. Je tiens par dessus tout à ce que l'océan leur rappelle cette enfance dorée qui était aussi la mienne. Putain c'est si bon de grandir sur les plages, aux pieds des phares, dans les dunes, sur l'estran, dans les ports et surtout dans les vagues... 

IMG_3908

Bien sur, toujours ce besoin de me réfugier dans la solitude de ma "plagisphère" privée pour marcher en compagnie de mon ombre. Alone, all one, gorlebella... Gorlebella... Gorlebella en breton, ça veut dire roche la plus éloignée. 

J'aimerais avoir des grandes jambes pour faire des petits pas de géante.  

IMG_3942

Si certaines pierres se ressemblent, aucune n'est identique à une autre. Ce caillou qui laisse passer la lumière a fini dans ma poche. Juste un mais surtout pas deux sinon trois... 

IMG_4392

C'etait un dimanche de grand soleil au beau milieu des vacances, la plage était déserte... J'étais une citoyenne qui n'était pas pressée de découvrir les noms des deux guignols finalistes au second tour. J'ignore qui de la PESTE ou du CHOLÉRA sera le grand gagnant dimanche prochain, je me suis déjà rangée du coté des millions de perdants.

Ici, c'est le charme qui l'emporte à marée haute comme à marée base...

 IMG_4055

C'était pas que j'en avais rien à foutre, que je ne me sentais pas concernée par le sort de mon beau pays la France. C'était juste qu'il valait bien mieux contempler les étoiles de l'océan. Elles sont devenues si rares... C'était mieux avant, du temps des hippocampes.

IMG_4044

Planquée derrière les oyats, je me laissais flotter si loin de tout cela, bercée par la rumeur océane, ce fond sonore incessant qui rassure ma petite vie. 

IMG_4180

Le soleil s'était couché dans un final flamboyant derrière l'épave du Presidente Viera.

Le jour se faisait lentement nuit et les moustiques sortaient des bois, tels des vampires affamés de sang frais...

Une voix pour me rappeler que je n'étais pas venue seule. Si les enfants n'avaient pas été là, je me serais peut-être tirée un peu plus loin...

...mais voilà, je suis le genre de mère géniale qui pense au produit répulsif contre les vilains "moukistes". Il n'y a bien que mes gamins pour me faire marcher au pas dans ce putain de droit chemin. 

IMG_4209

Il paraît que c'est DÉJÀ le dernier jour des vacances demain... 

Il ne me reste plus qu'à aller me persuader que c'est même pas vrai (au moins durant quelques heures) sur les rives de l'île du RÉconfort. 

;)

Posté par lylouan à 22:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 avril 2017

Île de Ré, un soir de semaine...

De "La Repentie" de ton enfance, il ne reste plus qu'une plage ainsi qu'une douce nostalgie chaque fois que tu fermes les yeux pour faire réapparaître les cabanes colorées des vieux pêcheurs... 

IMG_4164

Parfois, tu aimes rester dormir chez tes parents lorsque tu es en formation dans ton port. Souvent, tu en profites pour revoir tes vieux potes d'avant, ceux que tu ne vois plus que rarement mais que tu verras toujours.

IMG_4167

Tu avais laissé ta voiture au parking du Belvédère, non pas pour éviter de te faire taxer au péage, mais parce que ça faisait si longtemps que tu n'avais pas marché sur la grande colonne vertébrale qui relie Ré la Blanche au continent. 

La dernière fois que tu avais franchi le pont, c'était en vélo avec ton frère juste avant son départ pour la Suisse. Il te manque déjà, mais il reviendra cet été et tu lui as promis de débarquer cet hiver rien que pour le plaisir d'enfoncer sa tronche de branleur dans la neige. Tu es proche de ton frère, lorsque tes parents ne seront plus, tu n'auras plus que lui.

IMG_4168

L'air était doux comme un soir d'été, il y avait juste une légère brise chargée des parfums de l'océan... Tu n'avais pas ton appareil photo, tu t'étais seulement encombrée de l'essentiel, ton téléphone, ta carte bleue, ta clef de bagnole. 

IMG_4169

Tu marchais lentement, non pas pour repousser le moment d'arriver mais juste pour ralentir le rythme de ta vie, pour laisser quelques bons souvenirs te rattraper. 

Ici, tu pédalais avec ton père lors de vos courses à la baignade, après les dîners des soirs d'été... Ton père, il avait été champion du monde en tout et toi, tu voulais toujours tout faire comme lui. Il a du se faire recoudre l'arcade lorsque tu as voulu toi aussi être championne du monde de golf, mais tu n'y es absolument pour rien le jour où il s'est lamentablement vautré durant la démonstration de ses talents de champion du monde de skate... 

Putain ton père, ce héros...

IMG_4186

C'est sur cette île que tu as grandi, partout des petit bouts de ta vie, heureuse...ou pas. Ça te rassure de savoir que tu t'y reconnaîtras toujours. 

IMG_4201

Lui il t'attendait, comme il l'a souvent fait dans ce passé lointain qui n'a plus rien à voir avec votre présent. 

Ce soir là, au fond d'un resto désert, vous avez longuement parlé de son existence puisqu'il paraît que la tienne va très très très bien. Quelques derniers petits pas sous les étoiles, à deux sans trois...et puis s'en vont chacun dans cette vie où l'autre n'a plus de part. Vous ne savez pas quand, ni qui sifflera l'autre... 

Tu comprends pas pourquoi ceux qui auraient du sortir de ta vie persistent à y rester alors que ceux qui auraient du y rester n'y sont plus. Alors tu fais avec.

IMG_4217

Il parait que vivre au bord de l'océan améliore la santé mentale et prolonge la vie. Pourquoi pas? En tout cas, il prend soin de la part la plus importante de ton être et tu sais y prendre refuge en tout temps, par tous les temps.

L'autre fois, au bord du monde, tu comparais la plage à la marge d'un livre.... 

IMG_4215

Tes parents dormaient lorsque tu es rentrée pas si tard... Tu as pris soin d'éviter les marches "piégées" du vieil escalier en bois qui mène à ta chambre, juste pour ne pas trahir l'heure de ton retour comme au bon vieux temps... 

Ça faisait longtemps que tu n'avais pas poussé très très très lentement le volet grinçant du balcon. La nuit, tu avais l'impression de ne plus être dans la maison. Un peu comme une annexe à ciel ouvert de ta "salle d'apaisement". 

Ce balcon a connu quelques Roméo malheureux de vouloir faire de toi leur Juliette...Tu préférais quand tes potes venaient t'y rejoindre pour déconner, avec tes parents qui ne se doutaient de rien jusqu'à cette nuit pluvieuse qui a révélé leurs empreintes de pas sur le mur. Peut-être que tu l'as fait quelques fois, le mur... Peut-être qu'une nuit ta mère a pété un câble en découvrant la tronche de ton vieil ours en soulevant ta couette... Peut-être même que tu as fait pire que ça et qu'il vaut mieux qu'elle ne sache rien des fois où elle ne t'a pas grillée. 

IMG_4293

Tu t'es dit que tu n'avais pas une seule photo de tes nombreux doigts d'honneur levés sur ce balcon et qu'il t'en fallait au moins une dans tes dossiers. T'as jamais vraiment arrêter de faire des "digitus impudicus" à tout et à rien, suivant ton humeur.

IMG_4221

Alors c'est les vacances et tes enfants s'en vont durant quatre jours. Et toi tu ne vas pas en profiter pour t'enfuir à Belle-île comme tu l'avais prévu, car tu quittes pas ton Ami dont la semelle prend la boue et la pluie.

Parce que..."Quand ils ont bien choisi
Main dans la main
Deux amis bravent le destin
La même flamme
Éclaire leur visage" Desnos (Têtes Raides)

Il t'a dit "Métébazapaillettonsenva!".

Heureux sont les félés... 

 

Posté par lylouan à 22:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 avril 2017

Les fritillaires (pintades) sont de retour dans les marais de ma campagne... C'est une espèce protégée, ici on les appelle aussi les "coquelourdes".

Celle-ci était seule au bord d'un chemin... 

IMG_3418

D'autres poussent par deux...

IMG_3849

Certaines s'emmêlent la tige un peu à l'écart des autres. Un peu comme l'Ami et moi.

IMG_3853

Là des siamoises...qui ne m'ont pas fait hurler de terreur. Depuis l'enfance voire une autre vie, j'ai peur des siamois (surtout ceux reliés par l'estomac). Heureusement que je n'en croise que dans ma tête...et que je cours plus vite qu'eux. ;)

IMG_3866 

Celle-ci semblait chanter de tout son coeur pour des pissenlits enchantés.

IMG_3557

Celle-là ne voulait pas qu'on la regarde. 

IMG_3404

Celles-ci se voulaient différentes...et au moins deux. L'Ami partout, encore mais surtout toujours.

Les fritillaires albinos se font rares dans nos marais tout comme les véritables amis le sont dans nos vies. 

IMG_3828

Même les plus jolies des fleurs ont leur coté "dark"... J'aime qu'elles soient toxiques, voire mortelles.

"Elle s'est donnée la mort en dégustant un bouquet de fritillaires". C'est toujours moins violent et plus poétique que de jeter ses os du haut d'une falaise. L'idéal, c'est quand même de rester en (sur)vie... ;)

Il vaut donc mieux ne pas trop s'approcher des six tépales qui protègent leur coeur et se contenter de les contempler de loin. Les fritillaires fanent aussitôt cueillies, privant ainsi de leur beauté les enfoirés qui ne la respectent pas. Ça aussi j'aime bien.

C'est l'une de mes fleurs préférées, dommage qu'elle ne pousse pas dans les dunes... 

IMG_3568

Je me sens loin de janvier, de l'hiver... Je ne regrette même pas mes bonnets cache misère, le soleil est revenu dans mes cheveux trop longs (pour quelqu'un qui n'en prend pas soin). Je ne suis pas prête de me résigner à me rendre chez le coiffeur, de plus j'ai toujours envier "Cousin Machin" dans la famille Addams. Quand je marcherai dessus, je demanderai aux collègues d'une structure spécialisée pour les soins somatiques des personnes handicapées de me les couper...sous MEOPA (gaz à sédation consciente utilisé pour faciliter les soins douloureux ou désagréables), voilà. ;)

IMG_4098

Tout reste bien à l'endroit dans le bordel de mon univers à l'envers et je chemine sur la pointe des si...do si, ré fa dièse sol fa dièse, sol à sol... 

"Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent"  Vladimir Maïakovski

;)

Posté par lylouan à 23:06 - Commentaires [19] - Permalien [#]

23 mars 2017

C'est (enfin) le printemps!!! 

Les températures s'adoucissent, les jours sont plus longs, plus lumineux, les oiseaux sont amoureux, les branches des arbres sont chargées de bourgeons, les fleurs poussent de partout... 

La nature toute entière semble se réjouir du printemps!  Partout, ça sent bon la vie et l'envie d'être en vie, même lorsque le temps est à la pluie! ;)

IMG_3496

Plaisirs retrouvés de marcher pieds nus dans le sable, de sentir la chaleur des rayons du soleil sur ma peau, de jouer du ukulélé vautrée dans l'herbe, de fermer les yeux contre la force paisible des arbres (prunus) en pétales, de contempler les étoiles sous un gros plaid...

L'hiver est (enfin) terminé!

IMG_3504

Néo investit le jardin, se régale de fleurs et de petits bâtons, découvre les papillons et les insectes bourdonnants.

IMG_3622

C'était notre première sortie à l'océan "que nous deux", la veille du printemps, juste un peu en avance pour célébrer l'Ostara. ;)

IMG_3260

Et mon chien, je l'ai senti heureux les narines remplies d'effluves océane et la truffe recouverte de sable. 

IMG_3178

Un vrai petit fou de joie! 

IMG_3262

Pour lui, c'était la caverne d'Ali Baba des petits bâtons! 

IMG_3229

Les Golden Rétriever sont des chiens de catégorie 8 (rapporteurs de gibiers d'eau). Avec ses pattes palmées et sa queue gouvernail, son instinct l'a guidé sans aucune hésitation dans les eaux vaseuses de la marée montante. Juste un peu car j'avais peur qu'il prenne froid, qu'il se noie, qu'il se fasse dévorer par un congre... ;)

Très bientôt, on nagera ensemble vers les dernières lueurs. 

IMG_3291

Il est si beau mon ptitoutouchouchou qui grossit d'un kilo par semaine! 

IMG_3250

Il est blond comme le sable... Il est doux comme le sable... Il sent bon comme le sable...

IMG_3264

C'est encore un bébé, il n'a pas trois mois. Il se fatigue vite mais ne s'épuise pas. Je m'adapte à son rythme, un jour je sais qu'il suivra le mien... 

IMG_3358

Et moi, j'avais le sourire en laissant traîner ma main dans sa douce fourrure, les yeux posés sur cette voile blanche à l'horizon. 

Est-ce que Néo aura le coussinet marin? Et moi? Qu'est-ce que je fous à laisser passer les premiers cours de navigation de la saison? Je ne renonce pas à mon rêve de voilier qui fait la queue avec les autres... 

Seulement en ce moment, j'ai juste besoin de me sentir vivre libre et heureuse d'"être" sur mes rives. Elle est là ma priorité lorsque la vie obligée me lâche le bras. Alors c'est qu'est-ce que je fais

IMG_3363

A l'ouest, la présence toujours si rassurante de Grand Cordouan. 

Tout petit à droite sur l'îlot, il y a une silhouette (un homme). Probablement l'un des gardiens puisque le phare ne se visite pas encore à cette époque et que les ouvriers oeuvrant sur les travaux de rénovation ne travaillent pas le dimanche. 

Il parait que lorsqu'on a la chance d'être pistonné, il est possible d'y passer une nuit (avec les gardiens).  Faut surtout pas me demander comment je le sais, parce que je ne le sais plus. D'ailleurs est-ce que je l'ai vraiment su? 

IMG_3335

Un jour, le Pont du Diable n'aura plus aucun secret pour Néo.

Et mes rives deviendront les siennes...

Et l'empreinte de ses pattes se mêlera à celles de mes petits pas... 

IMG_3381

C'était les madeleines préférées de Bazil. Il en raffolait tellement qu'il savait me les réclamer en plusieurs langues... Qu'est-ce que j'ai pu pleuré en m'obligeant à terminer son dernier sachet, une chaque soir jusqu'à la dernière. 

Néo le vorace les aime aussi, les madeleines... Il apprend à ne pas m'arracher les doigts avec les petits bouts que je lui tends. Il sait déjà s'assoir, attendre et presque prendre doucement (j'ai les mains recouvertes de traces de petits crocs pointus!). Il répond aussi à son prénom, obéit déjà à mes rappels et enfin, victoire il est propre! Il peut rester seul quelques heures dans la maison en journée mais ne supporte pas de l'être la nuit. Alors il dort là où je m'endors...

IMG_3717

Néo tient déjà une grande place dans mon coeur, mais n'empiéte pas sur celle occupée par le chien de ma vie. Cette boule de joie sur quatre pattes adoucit son absence, renforce sa présence... Je ne pleure plus pour ce qui n'est plus, je suis heureuse pour ce qui a été, pour ce qui est, pour ce qui deviendra.

"Remarquez quand même la beauté cachée derrière le malheur..."

Oui... Quand même. 

Posté par lylouan à 21:47 - Commentaires [8] - Permalien [#]