Mélusine se promène...

27 mai 2019

Joe l'indien...  

Ça faisait quelques années qu'il se détruisait à petites gorgées, de retour au village après une vie ratée...

IMG_1664

Il n'avait pas d'amis, sinon sa bouteille... Il lui restait, pour famille, un vieux père alcoolique et un fils qui préservait sa vie loin de la sienne. Aussi, il n'avait plus toute sa tête, éparpillée tout comme ses plumes sur le chemin d'une sombre existence confiée une nuit de septembre 2015, lorsque j'étais venue m'asseoir près de lui sur l'un des bancs de pierre, devant la mairie. 

Tout beurlaud qu'il était, il veillait, comme souvent, à ce que les places du parking restent libres pour l'installation du marché, aux premières heures du jour.... Du fond de mon trou, je lui avais demandé si je pouvais rester un peu... 

Ce soir là, j'avais accepté de boire sa gnôle à même le goulot de sa fiole dégueulasse... Une sorte d'éther fait maison qui anéantissait tout risque de contamination de ses lèvres aux miennes, me ruinait les papilles gustatives, me chromait l'oesophage au passage avant d'embraser les puits gastriques au fond de mon estomac... 

J'ai, une nuit, pris une cuite avec Joe l'indien sur l'un des bancs de pierre devant la mairie. Il m'avait chanté quelques souvenirs de ses belles années dans cette réserve amérindienne qu'il n'aurait jamais du quitter... 

IMG_1670

Je n'ai jamais pris le temps de vraiment lui en consacrer, trop centrée sur moi-même que j'étais, que je suis, bien souvent, malgré moi. Mais que pouvais-je bien faire de plus sinon ne jamais manquer de m'arrêter pour le saluer chaque fois que mon pas si léger croisait la misère du sien? Lui dire de consulter un médecin? De prendre une douche? D'arrêter de se défoncer au point de confondre les pigeons de garenne avec les lapins ramier? 

A notre époque, c'est devenu si rare de faire preuve de considération devant celui qui renvoie à la déchéance, la honte, l'abandon, l'indifférence, le mépris, le dégoût, la haine... Je parvenais, parfois, à le faire rire un peu, mais ses yeux... Ses yeux m'ont toujours rappelé ceux de mon vieux singe Kékaze, juste avant que mon père l'emmène chez le vétérinaire, le jour de sa mort. 

IMG_1687

Il y a deux semaines aujourd'hui, j'ai croisé Joe l'indien qui descendait la grande rue... J'ai ralenti pour qu'il me voit et nos mains se sont envolées l'une vers l'autre...une dernière fois.

IMG_1686

Le lendemain soir, j'étais en balade avec mon amie la vieille chenille...

Juste avant, il y avait eu cette rencontre avec un chevreuil pas farouche au détour d'un chemin, elle et moi n'osant même plus respirer devant la beauté de ce regard échangé à peine quelques instants.

Juste après, la voix de celui qui m'aime quand même m'apprenait que son corps venait d'être repêché au barrage d'une commune voisine. 

C'était bien... Qu'elle soit avec moi à ce moment là parce que je ne serai pas allée la chercher. C'était bien aussi, qu'elle accepte, sans me poser de question, cette cuite imprévue, sur l'un des banc de pierre devant la mairie. Rien que pour ça, elle mériterait que je remette une majuscule à notre amitié. Elle n'a pas choisi le meilleur moment pour revenir dans ma vie, mais elle me sait heureuse de la savoir de nouveau, là, à cette place qu'aucune autre aurait pu combler. 

IMG_1673

Trop bourré, il a chuté dans le fleuve... C'est ce qu'ils disent tous sans rien savoir. 

Presque tous. Il y a bien eu quelques villageois (que les doigts de mes deux mains suffisent à compter) attristés par sa disparition. Le vieux docteur a laissé, lui aussi, une bougie plusieurs nuits sur le chemin de halage. Peut-être que j'aurais pu aller pleurer un peu avec lui, mais les docteurs, même très vieux, comme les flics, les profs de maths tout ça, je préfère pas... Les autres, j'en connais certains de loin sans avoir envie de m'en approcher plus près, non plus. 

IMG_1683

Joe l'indien aimait les roses des chiens, je l'entends encore me raconter ces rosiers sauvages dont les fruits régalent les oiseaux tout ça... 

Il s'appelait pas vraiment Joe l'indien... 

IMG_1682

J'aime m'attarder dans le silence des cimetières mais je ne suis pas du genre à me montrer aux enterrements. Je n'ai pas ressenti le besoin de partager, encore moins de justifier le vent de tristesse déconcertant que sa mort a soufflé en moi. J'ai fait mon deuil en affichant un moral "fragile", profitant des avantages sans me soucier des inconvénients. 

Joe l'indien a décidé d'en finir avec la vie, il s'est noyé, seul, dans le fleuve. Quels furent ses adieux aux monde? Quelle fut sa dernière pensée? Au seuil de l'éternité...  

La faucheuse rode près de moi en ce moment. Elle va revenir, me frôler, plus près encore... Je le sais. 

L'ancien patron du bistrot du village vient d'être transféré en chambre stérile, phase terminale qu'ils ont dit... 

D'y penser, j'en ai les cloisons qui tremblent... 

Dimoné & Kursed - C'est nickel

Posté par lylouan à 10:33 - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 mars 2019

C'était durant les vacances d'hiver au printemps...

La Coubre, un vendredi entre deux allers-retours... 

IMG_9483 IMG_9489

Grandes marées de février sous un soleil...estival.

IMG_9427

Malgré une météo "favorable" durant cette période de forts coefficients, l'océan n'aura pas ménagé la dune...une fois de plus. 

IMG_9458

La dune, piétinée par ceux qui s'en foutent et ceux qui ne se résignent pas à s'en priver... 

IMG_9513

Ici, le trait de côte est en recul permanent...

IMG_9538

...c'est visible à l'oeil nu. 

IMG_9526

Les déferlantes avalaient la plage...

IMG_9615

...venant lécher les "banquettes" qui protègent le cordon dunaire.

IMG_9592

Le soleil descendait sur l'horizon... Vautrée dans mon nid ensablé, je regardais sereine, la fin de cette belle journée.

IMG_9726

Puis les premiers éclats du Grand Phare... 

IMG_9744

Ce soir là, j'avais oublié que j'appartenais à la seule espèce capable de détruire son habitat et tout ce qui vit autour... J'ignorais qu'un cargo poubelle allait sombrer au large de mes rives avec sa cargaison mortelle pour la faune et la flore marine... 

Les opérations anti-pollution se poursuivent afin que cette catastrophe écologique n'atteigne pas nos côtes... Seulement les nappes d'hydrocarbures vont se fragmenter et se disperser dans l'océan, ce qui ne permettra pas de les récupérer totalement, de plus les marées d'équinoxe vont augmenter les courants et les mouvements de l'océan... Inévitablement elles souilleront nos plages sous forme de galettes, de boulettes...dégueulasses.  

Posté par lylouan à 23:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 février 2019

Belle-Île en mai...dernier!!! 

IMG_3353

Voici une belle définition du bonheur... 

IMG_3001 

Respiration... Contemplation... Liberté de l'esprit... Légèreté de l'être... Oui. 

IMG_2989

Ici sur la côte au vent, entre l'Apoticairerie et les îles Er-Hastellic, la nature resplendissait dans ses couleurs printanières... Arméries, silenes, ajoncs, cinéraires, cristes, bruyères et autres. Des heures à me défoncer la tête aux senteurs marines si subtilement mêlées à celles des landes fleuries... 

IMG_3012

J'ai beau acheter ces paquets de biscuits sur le port de la Rochelle, ils n'ont pas la même saveur que là-bas...

IMG_3752

J'ai beau porter ce tee-shirt ici, il ne me va pas aussi bien que là-bas...

IMG_3719

Dans peu de temps, tout ira mieux.

Posté par lylouan à 22:39 - Commentaires [6] - Permalien [#]
14 février 2019

Oléron.

Grand-Village, un dimanche ensoleillé après la première tempête hivernale... 

IMG_9021

Sur la plage, des figurants insignifiants mais aussi quelques colibris toujours plus nombreux à se balader armés d'un sac poubelle. 

IMG_9028

C’est bien le cadavre d’un dauphin. Il y a aussi ceux qui s'en foutent...

Le matin même, je marchais sur un tapis d'étoiles mortes à Gatseau, c'est un phénomène naturel assez fréquent après les tempêtes en raison des forts courants, d'une baisse de la température de l'eau ou de son taux de salinité etc... 

IMG_9013

Une autre victime d'un phénomène qui n'a rien de naturel (contrairement à ce que certains médias cherchent à nous faire gober) environ 500 mètres plus loin. Ces trois dernières années et particulièrement durant la période de janvier à mars (période de reproduction du bar...), des milliers de dauphins s'échouent sur nos côtes. J'ai appris à reconnaître les blessures causées par la pêche industrielle, les dépouilles portent pratiquement toutes des marques de filets, de gaffes, d'hélices... On  peut parler d'extermination, surtout quand on sait que la plupart des cadavres coulent et se décomposent au fond de l'océan... 

Bref... C'est devenu récurrent de croiser la mort au bord du monde. Suivant l'humeur, je chiale ou j'enrage, parfois les deux. Toujours je demande pardon...  

IMG_8933

St Trojan. Le port à l'envers, la vie à l'endroit... Libre.

IMG_9382

Ce "presse-papier" m'a été offert pour Noël au boulot par celui qui avait pioché mon prénom, sur le coup j'avais préféré la toupie et le chocolat qui l'accompagnaient. C'est tout un art de détourner la fonction des objets, il occupe désormais l'un des compartiments de mon sac laissé vide par mon sablier brisé (le drame ce jour là!), remplacé depuis par un autre qui ne le remplacera jamais. 

IMG_E9387

Retour vers la grande plage de St Tro, en traversant la forêt jusqu'aux dunes...du moins ce qu'il en reste. 

IMG_9031

La plage redevenue comme je l'aime l'hiver. Déserte.

Ici une plume plantée symboliquement sur un piquet tel un point final... 

IMG_9044

Et là une oeuvre trop vite effondrée mais finalement très bien comme ça. C'est l'ombre qui pense... ("C'est l'ombre qui dit", livre hommage de Claude Faber à Ann Cantat-Corsini, décédée en janvier 2018)

IMG_9065

Le coucher du soleil à l'envers, la vie ne pouvant pas être plus à l'endroit! C'est devant l'océan que je respire le mieux.  

IMG_9072

Les pieds mouillés c'est encore meilleur. 

IMG_9165

Au loin mais pourtant si près, la lumière du phare de La Coubre perçait la brume pour me saluer. C'est auprès de lui que j'ai vécu et survécu à Gabriel.

On se refait pas... 

IMG_9263

L'éternité s'invite dans l'or du couchant et je regarde à m'en brûler les yeux... Encore et encore... Et toujours.

IMG_9340

Les lueurs du soir réchauffent mon âme mais l'hiver gèle mon corps. Attendre comme toujours que la morsure du froid devienne insupportable avant de repartir vers les dunes, retraverser la forêt jusqu'au parking en grelottant de tout mon squelette.

Certains s'améliorent mais pas moi... 

IMG_9354

Ça fait maintenant un peu plus d'un an que je plane dans l'univers de ma bulle blindée, six mois que le bleu de mon ciel ne déborde plus (trop) sur les espaces réservés à ma vie sociale. Je me suis légèrement "autistisée", c'est passager depuis environ treize mois mais n'empêche que depuis, j'ai presque plus de trouble du comportement... 

Mon océan interne n'a jamais été aussi calme et tranquille... Quelques grains, quelques coups de chien... Rien de bien méchant, je sais nager. 

En janvier dernier, j'ai rencontré Rodolphe Burger non pas une fois, ni deux mais trois... Depuis sa voix s'est ajoutée à celles qui donnent de la force à ma vie et de l'élan à mes petits pas. 

Rodolphe Burger - Je nage (Deleuze)

Posté par lylouan à 22:09 - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 décembre 2018

Quand le jour s'éteint, la féerie s'allume!

Ce château se trouve à quelques pas de chez moi... Je viens parfois accompagnée de ma famille, l'Ami ou quelques potes mais c'est seule que je reviens le plus souvent.

N'est-ce pas magnifique vu du donjon? Bon c'est des photos prises avec mon téléphone, mais ça passe... 

 C3B323B6-B841-4BC7-B127-92E5F5A39D4E

Ce château n'est pas seulement décoré à l'extérieur, la magie de Noël s'invite dans ses moindres recoins!

Toujours un détail pour attirer l'oeil... Les symboles sont partout... Comme par exemple les pendules molles posées sur la pile de valises, celle de l'enfance épargnée... On voit bien ce qu'on veut bien voir purée!!!

B78053A0-F12F-4AFD-A88B-70650FB78813

Et puis les petits piafs aux ailes givrées, les nids qui scintillent et...non rien en fait.

24F1B70A-23EC-478E-B4EA-AE3FFB47ED38    BD4B6CDD-F817-48FA-923C-6E5DDF13DD43      

A chaque pièce son univers...visuel et sonore.

413E7943-E8F9-496D-B6B1-D2F08A5CCB8C 

Il y en a pour tous les goûts... Pour toutes les couleurs... Pour toutes les humeurs...

7265932D-C6B1-4385-B50D-283985FB6CAA

Largement de quoi ravir son âme d'enfant...pour celles qui ont survécues bien entendu. 

8933C39C-D89C-4F70-B76D-1B07CCBEC94E

Et partout aussi, des sapins surchargés qui font presque mal aux yeux à regarder de trop près! 

AB3037D5-521C-40CF-BEFA-8347BD9CD8A0    1F466AB3-4F27-46B8-AFFF-0F0F922DB9BF

La mignonne petite chapelle... C'est le bâtiment le plus ancien du domaine. A l'entrée, il y a une chaînette qui permet d'actionner la cloche. A l'intérieur, au fond devant l'autel, il y a deux fauteuils style Henri IV positionnés pile en face d'une crèche géante où il ne manque personne, sinon le divin enfant... Alors quand ça me prend, je déconne un peu...mais je ne touche à rien. Avant de partir, j'allume toujours un cierge pour honorer les dernières volontés de ma grand-mère paternelle...et aussi pour me faire pardonner de faire le Diable dans la maison de son dieu. 

59BA4165-74B7-479A-A400-68E0B2BFA514

Comment s'offrir une séance de sylvothérapie et de luminothérapie en même temps? 

C'est la première année qu'il a perdu ses belles pommes rouges dans lesquelles un Adam et une Eve des temps modernes se sont admirés plus d'une fois... On aurait pu céder à la tentation d'en croquer une si elle ne s'était pas "mystérieusement" brisée à nos pieds, déclenchant un fou-rire de plus dans notre boite à conneries... 

L'ananas... C'est l'ananas mon fruit défendu parce que ça me colle des aphtes. ;)

FF5BC3BE-20FC-4D09-AE91-F63CF6A2B65D

C'est la dernière case des plaisirs du calendrier de l'Avent... Déjà.

Ce soir, après la traditionnelle promenade familiale sur le port de La Rochelle (sans penser au pire), j'irai réveillonner dans cette maison qui m'a vu grandir, je picorerai la bonne cuisine de maman, assise à coté de papa... On sera tous réunis dans ce nid d'Amour où il est toujours si bon de revenir... Encore... Longtemps...

J'ignore les surprises qui m'attendent sous le sapin mais je ne connais pas de meilleur cadeau que celui d'être entouré des êtres qui nous sont chers...si chers.

(Sinon j'espère vraiment déballer toutes les BD d'Emmanuel Lepage qui ne sont pas encore dans ma bibliothèque mais aussi ce joli bracelet marin qui m'irait si bien et quelques billets de concert à venir, tant que j'y suis je ne suis pas contre un miracle pour m'épargner l'affreuse corvée du repas dans mon adorable belle famille stéphanoise...)

Noël joyeux... ;)

Posté par lylouan à 13:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 octobre 2018

Je n'avais rien posté ici depuis mai, je n'étais pas revenue là bas depuis juin...                            

J'attendais le premier coup de vent de l'automne. Un avis de Grand Frais, un dimanche d'octobre. Une marée basse pour quelques danses sous la pluie, face au vent. 

A cette époque, il n'y a plus trop de monde dans cette partie de l'île que les sudistes boudent hors saison car trop éloignée du pont qui (hélas) relie Ré au continent. Le site n'était pas désert comme en hiver mais aucun intrus malvenu pour troubler mes retrouvailles avec le premier grand phare de ma vie...

1

Je ne m'étais pas enfuie comme une poursuivie jusqu'au ciel, ce qui ne veut pas dire que je n'aime plus mourir au sommet des géants de lumière. C'est juste qu'il faut savoir rendre hommage aux gardiens de phares... ;)

é

Le vent rend fou seulement ceux qui ne le sont pas déjà! Des rafales salées d'environ 37 noeuds s'engouffraient dans ma tête. Cheveux humides et gorge offerte pour que tout soit parfait. 

Vue sur la Vieille Tour mais aussi sur un début de phénomène naturel appelé croix de mer, cross sea ou tout simplement "vagues carrées". Quand toutes les conditions sont réunies (houle de sud ouest croisée avec celle du nord), l'océan prend la forme d'un damier.

IMG_7382

Le phare des Baleineaux est l'un des premiers phare automatisé... Il signale avec Les Baleines la pointe nord de l'île mais surtout les dangers de la barre rocheuse (haut banc du Nord) située entre eux. C'est aussi un séchoir à cormorans... 

IMG_7349

A coté, pas loin, le hangar de l'ancien canot de sauvetage. Quand j'étais gamine, j'étais persuadée que c'était le sanctuaire de l'âme de La Raynelle (une vieille sorcière pilleuse d'épaves). Aujourd'hui encore, puisqu'elle ne peut être ailleurs. 

IMG_7453

Plus tard, vers Ars.

Ça fait maintenant plus de quatre ans que cette balise américaine (contrairement à nous, les balises tribord sont rouges aux États-Unis) s'est échouée sur la plage du Jard. Forcément, je m'y suis (r)attachée... 

IMG_7528

Cette photo a été prise en février dernier par l'Ami fou allié... Après une nuit presque blanche à pédaler d'ébriété en état de rire entre le Lisay et Trousse-Chemise. 

Elle est énorme, ses six tonnes ne craignent pas mes quelques kilos! 

IMG_1947

Depuis la rentrée, l'équipe fait face à une "période de turbulence" annoncée par notre direction. Nous accueillons sur notre structure deux jeunes qui ne relèvent absolument pas de notre prise en charge. Le premier est un "psychopathe qui décompense", le second un P.A.G (Projet d'Accompagnement Généralisé) qui sème la terreur partout où il passe. L'un se prend pour Nordahl Lelandais nous menaçant (ainsi que nos familles) des pires sévices, l'autre bouffe des animaux vivants quand il ne cherche pas à dépecer des humains. J'ai toujours mieux su gérer les troubles du comportement des autres que les miens, mais là... Bref, je pense souvent à Tim qui pourrit au fin fond d'un hôpital psychiatrique. C'est jamais bon... 

J'avais des heures, j'avais des jours. Je venais de poser une semaine et un jour, abandonnant les enfants des autres pour me rendre disponible auprès des miens en l'absence du neurotypique qui ne se décourage toujours pas de vivre à coté de moi... 

Les yeux (re)posés sur l'horizon, j'apercevais Hoover, Tina, Mickey, Ralf et Harold. De tous les livres d'Howard Buten, "Mr Butterfly" est celui vers lequel je reviens le plus souvent. 

Quand j'ai "mal à mon boulot", Hoover me rappelle combien je les aime. Quand Howard me manque, je pleure avec Buffo. Etc...

IMG_7564

Plus tard, le long des remparts de St Martin rendus à ceux qui y vivent à l'année. Derrière le phare de la Barbette, les côtes vendéennes, la Faute et la Tranche s/Mer...

IMG_7645

Imaginer l'espace de quelques instants...mon évasion à bord du berceau de Moïse!!! Allez hop, je plaque tout foudroyée par une prise de conscience sans retour, je me tire abandonnant le confort de ma vie toute dorée derrière moi.

C'est souvent la voix de Tim que j'aime entendre dans ces moments là. Il hurlait "Arrête ça tout de suite!!!" juste avant de faire une grosse connerie. Ça faisait marrer ceux qui ne brandissaient pas leur droit de retrait.

IMG_7658

St Martin est réputé pour son glacier mais j'avais faim d'une bonne crêpe sucrée au beurre salé, froid d'un double café chaud dans un recoin de bistrot presque désert. 

 IMG_6423

Marée haute... 

Aux quatre coins de l'île, on trouve les baleines de Nute peintes sur les digues, rochers, remparts, palissades etc... Comme celle-ci sur la pointe de Chauveau. Ça en fait gueuler quelques-uns qui feraient mieux de dépenser leur énergie pour sauver ce qui peut encore l'être sur ce qui reste de notre planète.

IMG_7667

Les nuits de boucaille, je m'endormais bercée au son de la corne de brume du phare de Chauveau ou bien celle de la balise Richelieu selon les vents. C'était mieux avant, les cornes ne meuglent plus à présent. 

Loin derrière, on aperçoit le phare à deux tours de l'île d'Aix. Le bagnard était visible aussi ce jour là.

IMG_7723

Les oiseaux limicoles, les petits mignons de l'estran. Principalement des tournepierres à collier, bécasseaux sanderling mais aussi quelques gravelots, parfois un vol d'huitriers pie, mouettes et goélands omniprésents...

IMG_7849

Quand mon chien est avec moi, il fait fuir TOUS les animaux. Que ce soit à l'océan, dans les bois et forêts, les marais, partout... Son instinct de chasseur ruine toutes mes tentatives d'apprentissage. Parfois je l'engueule, parfois je rigole, souvent les deux à la fois. Plus rarement aussi, j'ai peur. Jamais pour les animaux, toujours pour nous. 

IMG_7865

Sablanceaux... Marée descendante... 

L'humain a tourné la tête dans ma direction plusieurs fois, heureusement que j'étais invisible sinon il m'aurait vue... 

IMG_7954

Après la tragédie du pont Morandi, celui de Ré s'est mis à semer la psychose populaire début septembre lorsque l'un des douze câbles de précontrainte (il y a un mois j'ignorais ce que c'était) s'est rompu. En attendant les réparations, toutes les précautions sont prises, contrôles journaliers, restrictions et modifications de circulation etc... Le pont d'Oléron aussi se dégrade, il suffit de passer dessous pour s'en apercevoir.  

Purée, si seulement nos îles pouvaient redevenir des îles... 

IMG_7988

Nute encore pour finir en couleur et aussi parce que j'aime ses gentilles baleines qui militent pour la sauvegarde des espèces naturelles... 

"Save the big fat whales!!!"

 IMG_8020 

Et alors il fallait commencer à penser à rentrer... Quitter l'île sur laquelle j'avais vécu deux marées supplémentaires. 

Rentrer? Bien sur, mais pas directement. L'envie d'aller embrasser mes parents dans ma maison pour toutes les fois où je ne pourrai plus le faire, le besoin d'aller traîner sous les lumières du port pour toutes les fois où je l'ai fait...

Rentrer? Bien sur mais avec dans mon horizon déjà, la promesse d'une prochaine récompense surpuissante... Celles qui me permettent de supporter mon existence qui supporte pas d'être là...sans ça. Cette fois, c'était le concert tant attendu du grand Thiéfaine à l'Arena. D'autres, je pars seule sans forcément trop m'éloigner puisqu'il me suffit d'atteindre l'océan pour me sentir loin de tout. Quelques kilomètres, une chambre d'hôtel en "si besoin"... Belle-Île cet hiver, consolation éternelle... 

Et comme ça, je vais. Mi fugue, mi raison...  

BERTRAND CANTAT SOULEYMANE DIAMANKA DANSEZ SOUS LA TEMPETE 2011

 

Posté par lylouan à 22:47 - Commentaires [7] - Permalien [#]
07 mai 2018

Le phare du bout de mon monde...

Je ne l'ai pas vu depuis l'automne mais j'ai pensé à lui tous les jours.

IMG_8365

Demain, je le retrouverai comme on retrouve un vieil ami...

IMG_8390

Il me tarde d'accoster sur mon caillou bien nommé pour quelques jours au paradis, même s'il est vrai que c'est loin d'être l'enfer ici. 

Le retour du printemps m'a sorti de ma phase "d'hivernation sociale". Fidèle à mes sales habitudes, je me suis ralliée au clan des cigales qui chanteront, danseront et trinqueront tout l'été sans se retrouver vraiment dépourvues une fois la bise venue. Dans mon village, il y a le choix entre l'auberge espagnole et la cour des miracles... Dans le même genre à Belle-Île, il y a la cité de la joie... 

Après une nuit blanche sans idées noires, je quitterai la France par le premier ferry... 

 

Posté par lylouan à 23:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
23 avril 2018

Dimanche dernier...

St Denis, nord est d'Oléron, plage de La Boirie.

IMG_2385

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours adoré m'enfuir, même si souvent ça ne fait rire que moi. Enfant déjà, je ne loupais jamais une occasion de me soustraire aux exigences de mes parents, d'échapper à leur vigilance...  Même chose pour l'école... Etc...

IMG_2404  IMG_2388

Dans le fond, je n'ai jamais vraiment su m'arrêter et je n'en finirai jamais de me remercier pour cela. ;)

"C'est ça! Cache tes sourires triomphants vilaine!!!" 

IMG_2396  

Ce jour là, j'avais besoin de prendre de la hauteur, sans doute la raison pour laquelle j'avais saboté le programme de ma journée. Le monde n'allait pas cesser de tourner de part mon absence et le mien ne s'en portait que mieux... 

Dans mon plat pays, il n'y a que les phares pour se rapprocher du ciel. Seulement, le désert hivernal est terminé: Vacances scolaires + Journée printanière = Trop de monde bordel!!! 

La foule humaine est surmontable avec un minimum d'effort, il suffisait juste de monter le volume de mes écouteurs et de ne plus m'imposer aucun regard. Fastoche...

IMG_2417

Sourires complices échangés avec une sale gamine qui fait ce qu'elle veut, qui s'en fout...chaque fois que c'est possible de le faire, quitte à forcer une fenêtre voire carrément défoncer une porte dans les cas les plus extrêmes. 

IMG_2510

Respiration... Contemplation...  

"Skyscrapers" (OK Go) en boucle au sommet du "Bagnard"... Purée qu'il est bon ce cri de la mort qui tue quarante mètres au dessus du vide! Une fois, deux fois, trois fois... 

IMG_2502  IMG_2506

Contrairement à la montée, je prends toujours le temps de redescendre. Ça fait plusieurs mois que le choix de mes lectures s'oriente principalement vers des récits qui parlent de solitude, d'isolement en fond d'océan... La vie des gardiens de phare, de Cordouan jusqu'au Créac'h... Depuis peu s'est rajouté une fascination pour Giorgina Anzulata Reid, qui n'était pas gardienne de phare mais qui a voué sa vie à sauver celui de Montauk (New York) et bla bla bla... 

Alors en avant les histoires.... 

E41BC213-6B82-4917-93F8-A9DDCDC146E1  5D05D76D-D95A-4875-BE58-2155CEAEE0B4

Plus près du doux chant de l'océan, on entend plus les bruits parasites du monde. 

IMG_2439

L'extase fut à son comble lorsque le vieux gars en kilt croisé quelques minutes plus tôt s'est mit à jouer de la cornemuse quelque part vers là-bas... 

IMG_2426  

"Amazing Grace" sur les dernières secondes d'une pensée anonyme, laissée ici le temps d'une marée... J'aurais pu l'accompagner les yeux fermés au ukulélé, mais je n'en joue plus en ce moment. Et puis voilà, si j'apprenais l'harmonica? Ça tient dans la poche un harmonica... 

IMG_2463

Pointe de Chaucre. Un peu plus tard... Un peu plus loin...

IMG_2536

L'heure des plages enfin désertes, au moins pour celles éloignées des principaux lieux touristiques. Libre à moi de bâtir une forteresse de pensées sans risquer de me faire engueuler par un connard m'accusant de ne pas respecter le littoral. Ensuite, j'ai tracé un SOS dans le sable, un message seulement destiné aux étoiles, plus particulièrement à celle qui brille pour moi...puisqu'il y en a au moins une. 

Assise en tailleur au centre de mon O devant mon bel océan j'ai attendu que le jour s'éteigne pour que la nuit s'allume. Il le sait bien lui, pourquoi moi je suis comme ça. 

"Sous la lumière en plein

Et dans l'ombre en silence

Si tu cherches un abri

Inaccessible

Dis toi qu'il n'est pas loin et qu'on y brille

A ton étoile..."

35EA9536-0C7D-4ACB-B635-089BB156094E

Elles étaient si douces ces vacances en "été retrouvé". Les joies des jours passés entre les glaces au bord du fleuve et les pique-niques à la plus belle table du monde... Les enfants, les potes, l'Ami... La nature partout, tout le temps...

Un peu comme un retour vers une existence plus "conforme" peut-être, laissant ma vie sociale reprendre ses droits sur ma solitude. C'est bien comme ça... 

IMG_2849

"Toujours à l'horizon

Des soleils qui s'inclinent

Comme on a pas le choix il nous reste le coeur

Tu peux cracher même rire, et tu le dois

A ton étoile..."

IMG_2887

Fini de vivre pieds-nus et en short au rythme de nos envies... Demain retour au boulot pour une semaine suivie d'une autre de trois jours, puis d'une semaine de vacances... J'ai compté, je bosse à peine 14 jours en mai, ce qui me permettra d'aller en passer quelques-uns à Belle-Île... 

Si je ne me sens pas trop mal ici, je me sentirai encore mieux là-bas. 

Posté par lylouan à 00:24 - Commentaires [6] - Permalien [#]
07 avril 2018

C'était la semaine dernière...

Lundi, mardi et mercredi en formation au CRA (Centre Ressources Autisme) de Poitiers...

Jeudi et vendredi au huitième colloque de l'ADAPEI79: "L'autisme à l'âge adulte: Pour une vision progressiste et une démarche d'accompagnement inclusive"... 

Cinq jours de solitude considérablement réduite, privée d'océan. Je l'ai plutôt bien vécu jusqu'à la pause du vendredi matin, fuyant "lâchement" les lieux une heure après celle du déjeuner en direction de la récompense surpuissante qui m'avait permis de braver cette affreuse semaine. Il y a des "Rendez-vous" qui ne se manquent pas...

D9E9EB79-D459-4C58-81FB-6EE5F4DD61F7   

Le lendemain, l'océan retrouvé pour un week-end en famille, du chocolat au vent salé et la vie belle partout autour... 

IMG_2042

Un chien heureux malgré l'interdiction formelle de grappiller la moindre douceur empoisonnée!

IMG_2151

Je pensais vraiment pas que ça m'arriverait encore, d'aimer et d'être aimée par un autre chien... Mouarf! 

IMG_2022

Si je devais me représenter symboliquement sur un dessin, je me dessinerai forcément errant sur une dune ou une plage, en haut d'une falaise ou qu'importe, mais toujours avec mon chien. Seuls les animaux accompagnent ma solitude, par instinct j'agis comme la plupart d'entre eux, je fuis (un peu trop) les humains... 

IMG_2177

Scène de désolation après les tempêtes d'hivers...

Sur Ré, nos sapins contribuent au "renforcement" des dunes. Ça déculpabilise toujours un peu de penser qu'ils n'auront pas uniquement été coupés pour illuminer nos visages d'éternels gamins. Ici, ce n'est ni fait, ni à faire mais les dégâts seront bien évidement "dissimulés" avant la saison estivale.

IMG_2007

En trois petits mois, le littoral s'est anormalement modifié sur nos côtes. A certains endroits, le paysage semble...défiguré. Mais ça, c'est comme tous les cadavres qui s'échouent sur nos plages, ça n'effleure pas les gros titres de l'actualité. Bref, terrestre ou marine, la vie s'étiole et les colibris font ce qu'ils peuvent...

IMG_2214

Ce petit garçon, c'est le "mien"(le plus beau et le meilleur en tout). Concerné car "éduqué", il pourrait expliquer aussi bien que moi le phénomène de l'érosion... Ce jour là, armé d'un bâton dans chaque main, il défiait l'océan du haut de ses huit ans. Bien sûr que je suis allée l'aider à construire THE barrage qui allait retarder l'avancée de l'océan, peut-être même que j'y ai cru avec lui... On est partis avant que la marée ne détruise tous nos espoirs. 

IMG_2071

La dune n'est plus... La plage se meurt comme un peu partout sur la façade ouest de l'île, maissurtout ici à Grand Vi ainsi qu'à St Tro et Vertbois plus qu'ailleurs. Je resterai éternellement nostalgique de ces montagnes de sable qu'il nous fallait traverser chargés comme des bourriques heureuses avant d'atteindre l'océan... 

Aujourd'hui, plus rien n'existe, sinon les souvenirs. 

IMG_2230

C'est bientôt les vacances, j'ai l'impression que celles de février se sont terminées hier... Celles-ci auraient pu commencer aujourd'hui...si je n'avais pas passé mes heures de prépas à rire avec mes collègues, si je ne m'étais pas mis en tête de trouver (au moins) un trèfle à quatre feuilles chaque jour...

Si je ne pars pas à Belle-Île, c'est entièrement de ma faute... Je ne me suis pas organisée, j'ignore pourquoi je me suis fais ce coup là. Je m'en veux un peu, mais autant me pardonner plutôt que de m'en vouloir au point de me caillasser. C'est trop tard maintenant pour envisager de disparaître quatre ou cinq jours, bien fait pour moi. 

Le pire sera cette corvée familiale à laquelle je m'apprête à me rendre dans quelques heures. Mais bien sûr que je vais bien me tenir durant l'interminable repas d'anniversaire, je vais même être agréable avec mes belles-soeurs tout ça... Seulement j'ai réduit ma peine de moitié en me prévoyant là aussi une récompense surpuissante, alors faudra juste pas me chercher le lendemain et encore moins demander où je serai. Je suis libre moi et je les emmerde. ;)

Heureuses sont les brebis galeuses... 

Posté par lylouan à 01:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 mars 2018

C'était la semaine dernière lors de la première date de la tournée du chanteur "meurtrier", devant une salle comble et comblée. Environ 1200 fans, principalement ceux de l'époque d' "Où veux-tu qu'je r'garde?", de "Veuillez rendre l'âme (à qui elle appartient), "Du ciment sous les plaines" et après et encore et encore... 

Cantat, on aime ou pas...ou plus. Certains ne lui pardonneront jamais, d'autres auront besoin de temps. Moi je me revois à seize ou dix-sept piges, la porte de ma chambre fermée à clef, Noir Désir à fond la caisse pour couvrir les cris de ma mère (que j'adorais faire chier)... Cantat, le grand frère de mon adolescence révoltée ne m'a jamais quittée. Renoncer à lui serait trop perdre de moi... 

Ce n'est pas parce que j'en ai rien à foutre de l'opinion des groupuscules "féminazis" qui s'acharnent sur lui que je cautionne les violences infligées aux femmes, d'ailleurs et sans prétention, personne ne pourrait dire cela de moi. Je n'excuse pas son geste, Cantat l'inénarable a commis l'irréparable mais je soutiens de ma présence un "plausible" retour à sa vie...

Il n'a jamais nié sa responsabilité, n'a pas fait appel au jugement, purgé sa peine puis s'est vu réduit au silence. Aujourd'hui, il reprend dans un souffle son métier de chanteur à l'âme condamnée à perpétuité. Je reste intimement convaincue qu'ils s'aimaient et que ce terrible drame est l'issue fatale d'une engueulade qui a mal tourné entre deux esprits torturés, dévastateurs, défoncés... Un amour passionnel qui a tué Marie et détruit Bertrand... La passion ça tue, c'est bien connu (surtout quand on est connu).

Je me souviens exactement de ce que je faisais cette nuit du 26 juillet 2003. J'étais au concert de Tryo, entourée de mes potes et de celui qui deviendrait le père de nos enfants. Je dansais pieds nus dans l'herbe vêtue de la robe à fleurs qu'il m'avait offert pour ce soir d'anniversaire, une bouteille dans une main et parfois un pétard dans l'autre. Et le lendemain, des sanglots dans ma gueule de bois. J'avais mal à mon idole... Plus tard, j'ai chanté avec Thiéfaine, qui lui aussi (tout comme Christian Olivier, Mano Solo ainsi que quelques autres inconditionnels) accompagnera ma vie jusqu'à ce que la faucheuse me coupe le son. 

"J'ai très souvent pensé à toi 
Depuis ce matin de juillet 
Où je t'ai vu traîner ta croix 
Pendant que les idiots causaient 
Le chagrin joue avec les lois 
Et les lois jouent avec nos plaies 
Les salauds sont pas ceux qu'on croit 
Quand tout bascule à l'imparfait 

Ronge tes barreaux avec les dents 
Le soleil est là qui t'attend 
Ronge tes barreaux avec les dents 
Tes amis deviennent impatients" (Télégramme 2003)

 6FA00CCE-AE51-4109-969E-62F13D0FC1D1

Bien sur, j'attendais l'album avec impatience, la date de sortie prévue tombait telle une consolation le jour des soixante-dix ans de mon père. Pour patienter, "L'Angleterre" suivie d'"Anthracitéor", autre consolation au retour de Belle-Île. Et puis enfin, l'album en boucle, à fond durant des kilomètres...

Cantat me fait tomber à genoux et oui, je m'incline devant chaque ligne de son talent, aussi sombre soit-il. C'est comme ça et pour rien au monde je ne voudrais que ce soit autrement. 

 0F83E5BB-8BCD-47DE-A6A5-029E5B6DDCA3

Aucun rassemblement pour s'opposer à la présence de "l'assassin", juste trois roses symbolisant la mémoire de Marie tenues par des femmes sous des parapluies devant l'entrée de la salle . Elles m'ont rendu mon sourire qui voulait juste dire  "Paix sur son âme et si possible dans le coeur des vivants". 

Son arrivée sur scène a été longuement ovationnée, autant par les battements de nos mains que ceux de nos coeurs... L'émotion était palpable entre l'Artiste et son public, quelques larmes impossibles à retenir... Les premières notes d' "Amie Nuit" m'ont vu disparaître pour vivre seule mes retrouvailles avec celui qui pour moi, restera le numéro un du rock français. 

Purée, ça m'avait manqué tout ça... Transportée loin au fil de la setlist, transcendée par un grandiose "Ange de Désolation" de Détroit, un "Amor Fati" de folie, un retour vers Noir Désir avec un presque timide "A l'envers, à l'endroit"... "Ma Muse" a suspendu le temps, surexcitation générale dès que le riff de "Tostaky" a retenti, suivi de "Ici Paris", "Lost"... "Anthracitéor" jusqu'entre les lignes... Et pour finir, "L'homme pressé" avant ou après c'est pas important, quelques autres puis "Le vent nous portera", pour ma part heureuse et en sueur jusqu'au bar. Faut bien se réhydrater...

C'est ma seule photo souvenir... Tous ces écrans levés sont une véritable source de pollution visuelle pour moi. 

220A1C35-F6BB-4DD0-BCFD-8F678B10A067

Certains brandissaient des affiches durant les moments de silence, comme celle-ci, photographiée au sol... Moi j'avais rien dans les mains, sinon mon coeur et "des fleurs de cavale"... Noyée dans la marée humaine, je n'éprouvais pas le besoin de revendiquer ma présence ou me faire remarquer plus qu'un(e) autre. Bon OK, j'avoue qu'avoir échangé un regard furtif à travers nos lunettes de soleil l'année dernière (dans une rue de Bordeaux) me laisse un souvenir à l'émotion impérissable... Tout comme cet autre regard levé sur mon prénom lors de la dédicace de l'un de mes bouquins par le groupe des "Têtes Raides"... Tout comme ce sourire "reconnu" échangé avec Howard Buten (qui lui n'est pas vraiment chanteur, plutôt un écrivain psychologue déguisé en clown musicien, mais un grand artiste quand même). Des petites secondes d'éternité... 

De toutes parts fusaient des retours positifs sur la prestation tant espérée, puis tant attendue de celui qui restera forcément le leader du groupe Noirdez d'une époque qui nous unit tous dans la nostalgie. Digne mais non fier, il a eu le courage d'oser se montrer à nous...égal à ce que nous savons de lui, et surtout égal à lui-même.  "Merci de votre soutien, je ne sais pas comment vous faites..." Moi non plus je ne comprends pas toujours pourquoi on m'aime... 

Avant de voir le meurtrier, je vois l'homme meurtri... Et faudrait lui jeter des pierres? Le condamner à l'exil? Au suicide? Lui plus qu'un autre? Putain elle est belle la morale française. Deux concerts déprogrammés à ce jour... J'ai mal pour lui à m'en coller la gerbe.

B3B69CC7-8C3B-4570-9837-13EBC74C9D3C

L'intensité de l'intimité d'un concert de Cantat, rien que ça c'est déjà tout un poème... Son charisme, sa voix, si vibrante, bouleversante, qui résonne jusque dans mes ténèbres. Les différents jeux de lumières sur la puissance de sa poésie chantée, hurlée, implorée, murmurée qui devient silencieuse lorsqu'elle atteint ces parties dissimulées au plus profond de moi... Quand elle me permet de chialer un bon coup dans mes oubliettes ou de relever la tête pour marcher (à peu près) droit...

S'il y avait un concert à ne pas louper, c'était celui là. Au nom de tous les écorchés vifs, merci infiniment Bertrand.

Je compte les quelques jours avant d'assouvir mon envie d'encore... 

Si je me fais rare par ici (aussi), c'est parce que je traverse une période T.S.A... Je ne parviens plus à sortir des phares de la mer d'Iroise... Non c'est pas vrai. Si un peu... 

J'avoue que je me suis un peu laissée "envahir" par mes passions obsessionnelles... Je ne fais pas exprès de disparaître une fois tous mes devoirs bien faits. J'ai besoin d'être seule (et dehors) le plus souvent et longtemps possible, sinon j'étouffe. Et quand j'étouffe, je panique. Et quand je panique, je fais des conneries... 

C'est comme ça que je vis, pour l'instant. Et je vais... 

Putain, il est tard... 

Posté par lylouan à 03:12 - Commentaires [6] - Permalien [#]